Gouvernement Valls 2 : un non-évènement

 

Les têtes tombent, l'idéologie demeure !

Les têtes tombent, l’idéologie demeure !

 

Le changement de gouvernement, dernier acte en date de la tragédie que représente la vie politique française, est un enfumage total.

François Hollande et Manuel Valls pensent qu’en coupant régulièrement quelques têtes, les Français croiront au changement. Nous ne sommes pas dupes : ce n’est pas tant une histoire de personnes que de système et d’idéologies dont les ministres ne sont que les pions. L’essentiel de la classe politique actuelle, de la « majorité » à « l’opposition », se nourrit de la même idéologie libérale-libertaire. Majorité, opposition… L’image change, le fond reste le même et la France sombre, inexorablement.

Oui, le fond reste le même, le gouvernement se paye seulement le luxe d’une énième provocation à l’égard des Français en plaçant aux ministères  les plus importants des noms particulièrement controversés dans les mouvements sociaux des deux années précédentes : Vallaud-Belkacem à l’Education Nationale, Taubira toujours à la justice ou Macron (ancien financier et milliardaire – étonnant pour un « ennemi de la finance »). Un mépris des Français qui cache mal l’incapacité de l’exécutif à accepter le débat au sein même de son gouvernement et ne fait que confirmer la dérive totalitaire du système.

Le traité transatlantique : un projet qu’on ne peut pas ignorer !

Le Traité Transatlantique, ça vous dit quelque chose ? Découvrez les rouages d’un scandale politique sans précédent…

 

- Un site qui recense le maximum d’articles, de vidéos, de pistes audio, etc… sur le TAFTA. Que vous ayez 3 minutes, 10 minutes, 30 minutes ou tout votre temps devant vous pour découvrir le Traité Transatlantique, c’est ici qu’il faut aller !

 

- Une heure de reportage et d’entretien pour savoir ce qui nous attend à l’horizon 2015 si nous nous laissons faire !

Vidéo à regarder ici !

 

- Une explication sous forme de bande dessinée. Si la forme peut paraître enfantine, les explications n’en sont pas moins instructives.

Pour lire cette BD, cliquez ici !

 

- Le TAFTA pour les nuls ? C’est en cliquant ici.

 

- Explications et révélations sur le TAFTA : un article très complet à lire en cliquant .

 

- Révélations sur le traité transatlantique : une analyse bien fournie en cliquant ici.

Une claque pour l’oligarchie : Jour De Colère communique !

L’abstention et l’augmentation massive du vote en faveur de la souveraineté et des libertés, en un mot de la survie de la France, sont les faits marquants de ces élections européennes. Cette nouvelle dénonciation, de moins en moins implicite, des méfaits de l’oligarchie qui emmènent la France et la plupart des autres nations européennes à leur perte, vient fortifier les raisons d’être de Jour De Colère. Oui, les Français sont de plus en plus nombreux à sortir de leur torpeur, à s’extraire des chaines du système médiatique, à arracher les œillères qu’on leur imposait depuis des décennies, à débrancher les électrodes du politiquement correct.

Jour De Colère se réjouit et s’associe à la satisfaction des mouvements eurosceptiques, français et étrangers, qui ont enregistré ce jour des succès, ainsi qu’à tous les abstentionnistes dont l’abstention signifiait réellement un rejet de conviction de « leur » Europe, qui n’est pas celle à laquelle les Français aspirent. Nos combats s’en trouvent une nouvelle fois justifiés et galvanisés, et ce nouveau coup de semonce contre l’oligarchie doit se traduire dès demain par de nouvelles initiatives pour lui faire lâcher prise. C’est toute l’ambition de Jour De Colère : participer à la prise de conscience des Français et à la réappropriation de leurs libertés fondamentales.

Huit villes en colère contre l’oligarchie ce week-end !

COMMUNIQUE DE PRESSE JOUR DE COLERE 6 AVRIL 2014

 

Jour de Colère a organisé les 5 et 6 avril un 3ème tour de la colère, suite au désaveu de la gauche et de la droite par plus de 36% des électeurs ayant choisi l’abstention lors des élections municipales, sans compter tous ceux qui ont voté contre les candidats de l’oligarchie. Les manifestations de Lille, Toulouse, Dijon,  et Caen le 5 avril, de Nantes, Lyon, Bordeaux et Montpellier le 6 avril ont confirmé l’ancrage de Jour de Colère partout en France. En mobilisant des centaines de français en colère aux quatre coins de l’hexagone, Jour de Colère témoigne que le remaniement ministériel n’a apporté aucune réponse sur les thèmes de colère exprimés : matraquage fiscal, entraves à l’activité économique, chômage de masse, dérives scolaires, insécurité, destruction de la famille, atteinte aux libertés fondamentales…

Manuel Valls avait mobilisé en force les milices du pouvoir dénommées « Antifas ». Depuis une semaine, elles ont multiplié les menaces et les agressions en toute impunité, conduisant le collectif de Tours à fusionner avec celui de Nantes pour éviter le passage à tabac dont les menaçaient les antifas. A Lille, Caen, Montpellier et Dijon, les manifestants ont cependant pu faire entendre leurs slogans, appelant à la démission de Valls et de Hollande. A Toulouse, les français en colère ont tenu tête à l’extrême gauche en organisant un rassemblement Place du Capitole pour la première fois depuis plus de trente ans. Toutefois les manifestants ont été empêchés de rejoindre le podium par les forces de l’ordre qui quadrillaient la place, et ont dû partir  lors des charges de la police contre les antifas qui ont occasionné plusieurs blessés dans les rangs policiers. Les cortèges les plus importants ont défilé à Lyon et à Nantes, où des Bonnets Rouges sont arrivés en bateau. A Paris, de petits groupes de manifestants ont suivi le mot d’ordre de Jour de Colère et lancé des rouleaux de papier toilette aux entrée des mairies pour dénoncer ces élus qui ne représentent pas le peuple.

Au-delà de la polémique sur les chiffres, qui avait culminé le 26 janvier à Paris, alors que Jour de Colère revendiquait 160.000 participants et que la préfecture de police n’en concédait que 17.000, la mobilisation de ce week-end dans huit villes de France signe l’enracinement de Jour de Colère dans toutes les régions. Après que des millions de français aient infligé une claque magistrale à Hollande et Ayrault à l’occasion des élections municipales, Valls est accueilli par un mouvement de colère qui monte de la France entière. Peu à peu, l’abstention se donne un visage et le paysage politique français évolue. Déjà, le système gauche-droite a éclaté sous la pression du FN. Il faudra compter demain avec les forces issues de la société civiles qui vont continuer de se faire entendre à l’occasion des élections européennes. Pour Jour de Colère, il est nécessaire de continuer à combattre l’oligarchie gauche-droite et d’instaurer enfin une démocratie directe, solidaire, patriote et populaire.