Le manifeste

Jour de Colère est l’expression d’une prise de conscience de la société civile face à une action gouvernementale délétère qui nous mène droit vers l’abîme.

Alors que la France sombre dans un chômage de masse, qu’elle perd un peu chaque jour plus sa souveraineté, que le désespoir de nos concitoyens augmente, que les familles sont détruites et que les valeurs historiques sont bafouées, notre devoir de citoyen éclairé nous impose à travers un sursaut salvateur de réagir face à un Président qui martèle qu’il ne déviera pas d’un pouce la route prise.

Nous demanderons un changement radical en nous appuyant sur la « coagulation » de toutes les colères !

Nous cristalliserons l’ensemble de ces déceptions, de ces peurs, de ces frustrations en un jour de colère, Dies Irae contemporain, qui devra sonner le glas définitif de cette politique héritée des précédentes.

Jusqu’ici, le gouvernement table sur la segmentation des contestations pour mieux les isoler et les mépriser. Il est temps d’unir nos forces autour des points communs qui nous rassemblent.

Nous avons tous au moins une raison d’être en colère contre ce gouvernement qui :

  • N’écoute pas le peuple
  • Matraque les contribuables
  • Affame nos paysans
  • Enterre notre armée
  • Libère les délinquants
  • Déboussole nos enfants
  • Pervertit notre système scolaire
  • Réduit nos libertés
  • Assassine notre identité
  • Détruit nos familles

Employeurs, salariés, chômeurs, retraités, travailleurs indépendants et artisans, étudiants et parents d’élèves, contribuables et justiciables, élus ou simples citoyens, nous devons dire NON à la politique en cours et aux orientations actuelles prises pour notre pays par une élite irresponsable et incapable.

Les raisons de la colère

Les raisons de la colère

Il est temps d’ouvrir de nouveaux cahiers de doléances et de réunir des États généraux. Il est temps de convoquer une assemblée souveraine. Il est temps de rétablir en France la Liberté !

Le mot de la fin revient à notre Premier Ministre Jean-Marc Ayrault. Chacun en tirera la conclusion qui s’impose.

tweet